ddd

 

Souk-Ahras: Rationalisation de la gestion des ressources humaines

L’université Med Chérif Messaâdia en pionnière du projet

13 Mai 2018 Régions

Il a fallu de longs mois de consultations, de propositions, de suggestions, de recherches, d’études et d’analyses menées par une équipe de 20 éléments désignés parmi les personnels universitaires administratif et pédagogique pour cerner et consigner les mécanismes d’une stratégie ayant pour finalité la rationalisation et le développement de la gestion des ressources humaines, font observer les auteurs de ce projet dont l’université Med Chérif Messaâdia de Souk-Ahras détient, selon toute vraisemblance, la primauté. Sa mise en forme étant étalée sur cinq années ( 2018-2022 ), ce projet tel qu’il a été défini par le secrétaire général de l’université, M. Tebib Mostépha, son principal inspirateur et en même temps son directeur, jeudi lors de la cérémonie de sa mise en route organisée à la salle des fêtes « Jaouharat Ahras «, sise à proximité de l’université centrale, laquelle a été rehaussée par le présence de M. Meccefeuk Adda, cadre dirigeant à la DGRSDT (direction générale de la recherche scientifique et du développement technologique ), s’articule sur pas moins de quatorze axes de formation, à savoir dans les langues étrangères ( français et anglais ), la maîtrise des techniques de la rédaction administrative, l’utilisation des TIC, la gestion des ressources humaines, la communication inter-service, les techniques de la négociation et de la résolution des conflits, la gestion des laboratoires, les marchés publics, la bibliothéconomie, la gestion du patrimoine mobilier et immobilier, la planification du développement, les méthodes d’évaluation, la sécurité et la prévention en milieu universitaire et enfin la gestion pédagogique. M. Tebib expliquera que dans une première étape de la concrétisation de ce projet, cinq ateliers ont été mis en place en cette année 2018 et sont d’ores et déjà opérationnels, à savoir l’atelier de la formation en langues étrangères, l’atelier de la formation extra-universitaire sur les collectivités locales,  l’atelier de la restructuration du dispositif financier et de la numérisation, l’atelier de l’activité culturelle et sportive ( convention avec le quadruple champion mondial en « power lifting «, Boughalem Lyès ) et l’atelier de la standardisation et de la numérisation des documents administratifs. Voici quelques déclarations résumées recueillies auprès de responsables ayant pris part à la cérémonie : M. Meccefeuk Adda, membre de la direction générale de la recherche scientifique et du développement technologique : « l’initiative est sincèrement intéressante à plus d’un titre dans la conjoncture actuelle où l’université a besoin de rentabiliser ses ressources humaines face à la restriction en matière de recrutement dictée par la situation financière défavorable que traverse le pays .. L’université de Souk-Ahars est à féliciter à la réflexion pour l’excellent travail qu’elle se propose de réaliser à travers le projet en question   Nous mêmes, au niveau de notre direction, nous pensons à mettre au point un projet similaire pour dépasser les contraintes de gestion qui entravent énormément la progression des services…» M. Bouzebda Zoubir, le recteur, : « …ce projet pour lequel nous avons mobilisé tous nos efforts durant une année entière touchant près de 500 éléments sur les 1 600 qui forment le personnel administratif, repose en réalité sur un diagnostic très minutieux réalisé par l’équipe compétente et sa concrétisation prévue sur les quatre années à venir va certainement permettre à la communauté des travailleurs de l’université une meilleure aisance dans l’exercice de leur activités et améliorer ainsi obligatoirement les performances dans la gestion des services en ce sens qu’ils vont évoluer dans un milieu professionnel adéquat…» .M. Tebib Mostéfa, le S/G : «…le travail que nous envisageons de réaliser est basé en vérité sur une approche participative qui a engagé plus du tiers du personnel administratif… Nous avons désigné une cellule de réflexion qui s’est chargée de relever les grandes lignes sur lesquelles nous avons fondé notre projet, à savoir le diagnostic approfondi de la réalité de l’université d’’aujourd’hui, notamment sur le plan organisationnel et administratif,  la mise en place d’un organigramme des missions et des tâches, la nomenclature des postes en la liant au critère eclusif de la compétence, les ressources d’autofinancement et enfin un programme de formation suivant un plan annuel et pluriannuel.. D’ailleurs, ce projet est tellement exhaustif dans sa conception qu’il a pris une dimension internationale sachant qu’au moins deux pays méditerranéen sy sont intéressés à savoir la Tunisie et la Turquie .». M. Saidia Bachir, maître-assistant, : « en fait, ce projet tend à valoriser les ressources humaines et matérielles de l’université pour promouvoir le rendement de ses partenaires potentiels…, L’objectif fondamental qui est visé à travers ce projet est, si on veut, la recherche de la meilleure façon de fructifier les aspects positifs de l’encadrement administratif, d’affronter surtout les défis ambiants « . M. Berredjem Med Khémici, doyen de la faculté des sciences économiques, : « Je voudrais tout d’abord féliciter votre journal pour ses efforts de couverture de tous les évènements importants de l’université dont celui d’aujourd’hui d’ailleurs. Ceci dit, mon avis sur ce projet qui est le premier du genre dans le secteur de l’enseignement supérieur, est qu’il s’agit d’un programme de développement interne très prometteur surtout dans le domaine général de la gestion administrative de notre institution…».